C'est quoi un reptile ?

Traditionnellement, on appelle reptiles les lézards, serpents, tortues et crocodiles. Ce sont des vertébrés "à sang froid", ou ectotherme, dont la température corporelle dépend de celle du milieu. Les reptiles terrestres modulent leur température corporelle par thermorégulation en s'exposant au soleil. Caractérisés par une peau recouverte d'écailles épidermiques, ils sont généralement ovipares, les femelles pondant des œufs. Toutefois certains reptiles sont ovovivipares, l'incubation et l'éclosion des œufs s'accomplissant dans le corps de la femelle.
 
Aujourd'hui, les avancées scientifiques ont mis à mal la notion même de reptile. Petit retour en arrière sur cette évolution.

  • L’Homme, la Création et les Reptiles
Lorsque Linné publia sa classification en 1748, la notion d’évolution n’existait pas encore. En classant les espèces connues à l’époque dans différents groupes, il s’agissait avant tout d’ordonner le monde afin de mieux l’appréhender. L’Homme, fruit de la Création divine et placé au sommet de l’Echelle des Etres, classait alors les autres espèces par rapport à lui-même selon différents critères : morphologiques, culinaires, milieu de vie...
Ainsi fut créé le groupe des reptiles (ceux qui rampent) dans lequel furent rangés tous les animaux vertébrés tétrapodes (à quatre membres) dépourvus de plumes ou de poils, c’est à dire l’ensemble des lézards, serpents, crocodiles et tortues. A noter que les serpents qui n'ont pas de pattes (il s'agit en fait d'une régression des pattes au cours de l'évolution) ont été placés dans ce groupe en raison de leur caractère "rampant".

Avec l’évolution des sociétés et surtout de la science, une théorie allait balayer un grand nombre de certitudes : la théorie de l’évolution publiée en 1859 par C.Darwin. Les espèces ne sont plus alors considérées comme fixes dans le temps mais comme le fruit d’une longue évolution. La classification issue de cette théorie est basée sur des comparaisons de caractères anatomiques entre espèces. Elle est également fortement teintée de finalisme et d’anthropocentrisme, l’évolution étant perçue comme une suite de perfectionnements aboutissant à l’Homme.

Les avancées dans le domaine de la génétique et de la biologie moléculaire à la fin du 20ème siècle ont révolutionné notre vision de la place de l'Homme dans l'évolution. L’espèce humaine n’est en fait que l’aboutissement d’une lignée évolutive parmi d’autres, toutes les autres espèces étant elles-mêmes l’aboutissement de leur propre lignée évolutive. Ces avancées allaient également bouleverser complètement les classifications biologiques et permettre une bien meilleure compréhension de la structuration de la biodiversité. C'est ainsi que l'on apprit que le groupe des reptiles n’existe pas et que les crocodiles sont plus proches des oiseaux que des lézards.
        
  • Reptiles, Sauropsides ou Squamates ?
Alors qu’en est-il aujourd’hui ? Comment classer toutes ces espèces qui appartenaient auparavant à ce grand groupe des Reptiles ? La réponse nous est donnée par Lecointre et Le Guyader (2001).

Aujourd’hui le terme de "reptile" ne signifie plus rien d’un point de vue scientifique. On distingue en fait cinq groupes :


Les Chéloniens rassemblant les tortues marines et terrestres,

Les Sphénodontiens dont ne subsistent aujourd’hui que 2 espèces dans le monde,

Les Squamates qui rassemblent notamment les lézards et les serpents,

Les Crocodiliens qui regroupent les crocodiles, alligators et caïmans,

Les Oiseaux qui rassemblent ... les oiseaux.

 

L’ensemble de ces cinq groupes forment le groupe des Sauropsides.

Remarque :  nous avons pris le parti d’utiliser dans ce blog le mot "reptile" en lieu et place des termes scientifiques de rigueur, cela afin de rendre le blog et ses informations accessibles au plus grand nombre, quelque soit la sensibilité scientifique de chacun.

 

 

Contact - C.G.U. - Signaler un abus